Culte des crânes: un aspect de la culture bamiléké, Région de l’Ouest Cameroun

Culte des cranes

Le Cameroun est vraiment l’Afrique en miniature, on y retrouve une multitude de peuples et de culture. Une richesse qui fait de ce pays, une destination touristique à découvrir.

Je m’appelle KUICHEU, ce nom c’est celui de mon grand-père paternel. Je ne l’ai pas connu, il est mort quand mon père avait moins d’un an. Mon père non plus n’a évidemment aucun souvenir de mon grand-père. Pourtant il arrive souvent que nous lui donnons à manger, lui et d’autres ancêtres que je ne connais que de nom. Comment cela est-il possible ? Eh bien, à travers le rite du culte des crânes pratiqué en pays Bamiléké, dans la Région de l’ouest Cameroun.

J’ai posé il y a quelques années des questions y relatives à mes parents, tous deux originaires de l’ouest Cameroun, plus précisément de Bangangté. Grâce à leurs réponses et à mon expérience personnelle, je partage avec vous quelques informations sur ce rite, le culte des crânes chez les Bamiléké.

D’où provient le culte des crânes en pays bamiléké ?

Provenant de nos ancêtres, ma mère m’a expliqué que cela peut être considéré comme une forme d’archives. Il permet de conserver notamment les informations et la reconstitution de l’arbre généalogique d’une famille. Les crânes sont conservés dans une petite case prévue à cet effet appelée « maison des crânes ».

Le crâne de tout le monde est-il conservé ?

En principe tous les crânes devraient être conservés, mais cela dépend également de la volonté de tout un chacun. Par exemple si un homme n’a pas eu d’enfant, un de ses neveux ou un de ses frères (de mêmes parents) peuvent pratiquer le rite de conservation de son crâne.

Il est à noter que principalement ce sont les crânes des adultes qui sont concernés.

Quelle période est propice pour déterrer le crâne d’un défunt ?

Par le biais de voyants (encore appelé « Megni »), un défunt peut transmettre le message afin que son crâne soit retiré. D’autres sont enlevés par la famille après un certain temps qui dépend de leur volonté.

Comment se fait le retrait du crâne dans la tombe du défunt ?

Les enfants eux-mêmes peuvent s’en charger mais on peut aussi faire appel à un voyant qui recherche le crâne dans le cas où certaines difficultés sont rencontrées, comme le refus par le défunt de voir un membre de la famille, indésirable par lui.

Il peut arriver qu’un crâne, à cause des intempéries au fil des années, se retrouve à un emplacement différent du lieu où le corps avait été inhumé.

DECOUVREZ AUSSI:   Découvrons le Centre International de l'Artisanat de Yaoundé

Pourquoi leur donne-t-on à manger ?

Il s’agit en fait de sacrifices d’animaux qu’on leur offre et qui permettent de se rappeler d’eux, de leur montrer que nous pensons toujours à eux.

Avant de leur donner à manger, on se présente devant la porte de la maison des crânes avant d’y entrer  et de leur parler. La bénédiction et la protection peuvent également leur être demandées.

Un des cas pouvant aussi justifier ce rite, c’est le manque de réussite pour un membre de la famille. Ceci peut être dû au mécontentement d’un ancêtre qui réclame à « manger ».

La dernière fois que j’ai assisté à ce culte des crânes, c’était en avril 2014. J’étais en compagnie de mon père et de certains autres membres de la famille. J’en ai profité pour me présenter à la maison des crânes où l’on retrouve notamment le crâne de mon grand-père paternel ainsi que celui de mon arrière-grand-père.

culte des cranes
Ce que nous leur avons offert ce jour (poulet braisé, sel, huile de palme)

Petite histoire personnelle

Je me rappelle cette expérience que j’ai vécue à Bangangté, dans le village de ma mère. J’étais alors âgé de 7 ans et nous y étions en vacances en famille. La veille, j’avais accompagné ma maman qui devait donner la nourriture aux crânes.

Le jour d’après, pendant que nous étions au champ, une forte pluie s’est abattue. Je suis allé m’abriter devant la porte de la maison des crânes. J’ai alors entendu des bruits de mastication provenant de l’intérieur de cette petite case. Etait-ce le fruit de mon imagination ? Je ne pourrais le dire véritablement. Mais je n’avais pas le temps d’y réfléchir, je me suis enfui de là pour rejoindre ma mère et les autres membres de la famille.

Voilà, j’espère que vous avez pu à travers cet article, découvrir un élément de la richesse culturelle du Cameroun. Le culte des crânes de nos jours n’est plus ce qu’il était et les jeunes générations n’y accordent plus trop d’importance. C’est une tradition qui mérite d’être perpétrée par nos descendants afin que nous sachions toujours d’où nous venons.

Tu as aimé cet article? super

Reçois gratuitement mon guide: "05 raisons de visiter le Cameroun"

Dis moi simplement où te l'envoyer en renseignant le formulaire ci-dessous:

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :